Développement durable et ESS : une étude de la Fonda

La Fonda, fabrique du faire ensemble, a décide d’examiner avec 28 partenaires de l’économie sociale et solidaire la contribution de l’ESS et de ses acteurs a la réalisation des objectifs du développement durable. Dans ce dossier, quelques-unes de ses premières analyses et propositions.

Prospérité : « comment accompagner la transition vers une économie durable ? »

Le non-recours aux droits de diverses natures ne devrait plus exister. Les acteurs de l’ESS peuvent agir de deux manières essentielles :

  • maintien ou création de services répondant aux besoins fondamentaux dans les « zones blanches »
  • amélioration de la place de l’éducation, y compris de l’éducation populaire, pour le pouvoir d’agir des personnes et des collectifs.

L’étude de la Fonda juge nécessaire de créer un système de compensation des ressources en fonction des besoins de chacun.

le constat de la Fonda

« Avec 10.5% de l’emploi, 5 500 créations d’entreprise chaque année et 22 millions de bénévoles, l’ESS produit des impacts sociaux en chaîne, encore mal valorises…
Pourtant, l’ESS est pionnière dans la mise en œuvre des modes de productions sobres, neutres pour le climat et économe en ressources naturelles et énergétiques. L’économie circulaire, l’économie de la fonctionnalité, l’entraide et l’économie du don, la gestion partagée de biens communs, dont sont porteurs les acteurs de l’ESS, sont des composantes du développement durable. »
Si l’ESS est identifiable par ses pratiques démocratiques, il arrive qu’elle s’en écarte. Ainsi, le monde des dirigeants bénévoles est particulièrement sélectif avec une surreprésentation des séniors, des hommes et des cadres supérieurs. % des postes de président.e d’association sont occupés par des hommes.
Quelles sont les règles nécessaires à l’action ? La gouvernance démocratique, le désintéressement, le partage des richesses, l’inclusivité, la responsabilité et la transparence sont les principes d’action
Comment vont agir les acteurs de l’ESS ? Par l’ancrage territorial et la mise en œuvre de solutions locales, au sein d’écosystèmes innovants, reposant sur la co-construction, les alliances, le collectif
les propositions de la Fonda :

  • améliorer la qualité de vie au travail, dans les organisations de l’ESS
  • mieux veiller à l’économie des ressources dès la conception des biens et des services
  • créer un nouveau modèle de comptabilité rendant compte de la capacité des entreprises à préserver les ressources du territoire.

Planète : « comment contribuer à réconcilier l’humain et la planète ? »

Le constat de la Fonda

Les modes de production et de consommation responsables progressent : la part en bio continue de progresser (6,5% des terres agricoles) et l’achat d’aliments bio a progressé de 17% entre 2016 et 2017. Les circuits courts se structurent, le réemploi, la valorisation, la transformation ou la dépollution des déchets progressent, la lutte contre le gaspillage alimentaire s’organise…
Les bonnes pratiques de l’ESS sont nombreuses et maillent tout le territoire, mais les initiatives restent éparses et peinent à faire système.

Les propositions de la Fonda :

  • contribuer à supprimer le gaspillage des ressources (humaines, naturelles, informationnelles…)
  • contribuer à la prise de conscience des citoyens en diffusant les bonnes pratiques
  • privilégier des modes de production ayant un impact neutre, voire positif sur l’environnement
  • que tous les acteurs s’obligent à se doter de leur propre feuille de route pour un développement durable.

Le futur souhaitable

Ce travail de la Fonda et de ses partenaires a permis de dessiner le projet de société à l’horizon 2030 que les acteurs de l’ESS défendent. Il va se poursuivre.
Scénario du futur souhaitable dessiné par la Fonda et ses partenaires :

  • une société inclusive, ne laisser personne de cêté, une société de solidarité
  • la transition vers une économie durable, une société équitable, au niveau des richesses, des savoirs et des droits
  • une ESS exemplaire et moteur de la transition écologique, qui intègre l’économie des ressources et les impacts environnementaux dès la conception des produits et des services
  • une société de coopérations, ancrées dans les territoires, entre individus et entre organisations.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑