Nos patrons ont besoin de nous, mais avons nous besoin d’eux ?

Une coopérative autogérée de livreurs à vélo.

Il n’a pas fallu longtemps aux plateformes de livraison pour révéler leur vraie nature. Leurs publicités, parfois relayées par des Pôle emploi, promettent de hauts salaires pour se promener à vélo dans les plus belles villes du pays. Peu de livreurs sont encore dupes mais beaucoup s’inscrivent encore pour y travailler. C’est le sombre reflet d’une société qui ne permet plus l’accès à toutes et à tous à un travail rémunéré correctement. Parmi ces livreurs, certains se sont posé une question naturelle mais que l’on occulte souvent : le travail de nos patrons est-il vraiment indispensable à notre métier ? Si demain nous arrêtons de travailler, nous appelons ça une grève. Si demain les patrons nous laissaient tranquille, nous appellerions ça une trêve.

sur le site de l’Humanité de samedi19 février

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s