La vie du secteur ESS du PCF

Le secteur ESS du PCF est  une structure ouverte à toutes les personnes qui sont intéressées au développement de l’économie sociale et solidaire.

Vous pouvez vous joindre à nos réflexions, à nos études, à la rédaction des publications, aux réunions du groupe de travail ESS du PCF. Participez aussi à nos actions et rencontres pour les faire mieux réussir. Cette page vous est dédiée. Envoyez nous vos contributions, les débats auxquels vous participez, les résultats des veilles concernant les entreprises en difficulté, les actions pour transformer des entreprises en coopérative, pour créer des coopératives; …,

Contactez nous  dans la page contact, ou écrivez  un commentaire ci-dessous.

une interview de Sylvie Mayer lors du forum national de l’ESS

Elle a été mise en liquidation judiciaire en mars dernier. mais les salariés se battent.

Si ils décidaient de se mettre en scop, ils peuvent compter sur l’aide de la commission ESS du PCF.

L’ESS à l’Université d’été du PCF

La table de la commission ESS-PCF à la fête de l’huma.

Cette année encore la commission avait une table, dans l’espace ESS-Tourisme. Nous avons été 7 à nous y relayer de vendredi à dimanche autour de la vente du manifeste, du livret, et de la signature de la pétition pour le droit de préemption des entreprises par leurs salariés pour en faire une coopérative en cas de fermeture ou de vente. (cf le projet de proposition de loi dans la rubrique créer des coopératives de ce site).

Toutes les personnes qui se sont arrêtées à notre table ont signé la pétition, (après l’avoir lue!), et 29 ont acheté le manifeste et tout cela a donné lieu à des discussions amicales et intéressantes. C’est la première année que nous avons ressenti une si grande approbation/compréhension de notre démarche parmi ceux et celles visitant l’espace de l’ESS à la fête.

Cela nous encourage à persévérer et à lancer dès que possible une campagne pour ce droit de préemption, à grande échelle, et en commun avec toutes les associations, tous les syndicats et toutes les personnes qui veulent promouvoir ce droit.

Il s’agit bien, comme la couverture de notre livret l’indique d’une étape vers la démocratie à l’entreprise.

L’ESS a été bien présente à L’université d’été du PCF du 27 au 29 aout.

Attention danger  Des mutuelles se transforment en « entreprise à mission » ou « société à mission ».

Une modification insidieuse des mutuelles est en train de s’opérer à petit bruit, leur transformation, sous l’incitation du gouvernement, en « entreprises à mission ». .

Si vous appartenez à une telle mutuelle ( Harmonie, Maif, Groupama, la MGP (mutuelle… des forces de sécurité qui annonce être la première à avoir choisi ce statut!!) tutélaire, le Crédit mutuel), vous avez peut être reçu un message glorifiant cette transformation qui a généralement eu lieu sans que  vous ayez été consulté.e

Voici des extraits de la lettre qu’un camarade a envoyé à sa mutuelle (Harmonie mutuelle) à cette occasion. Elle donne les arguments contre cette transformation et peut vous aider à écrire à votre tour à votre mutuelle si besoin est…

« Je suis très mécontent de cette décision !
c’est un très mauvais coup pour la solidarité mutualiste. Cette décision est majeure, et aurait nécessité un débat préalable de tous les adhérents, AVANT L’AG, afin que l’AG se prononce en respect de la volonté des mutualistes, en toute connaissance de cause.
Cette décision, bien que « formellement » applicable, ne respecte pas les principes mutualistes et nous soumet à la rentabilité financière assurantielle, avec toutes ses conséquences contraires aux raisons d’existence de la mutuelle, de mes raisons d’adhésion et aux principes mutualistes qui nous lient.

Par ces procédés, vous tournez le dos à la mobilisation « des forces des collectifs » pour la santé des adhérents dont vous prévalez. Vous ne les servez pas mais les utilisez. D’ailleurs, vous vous gardez de définir clairement la signification juridique de la « mission » à laquelle est maintenant soumise la mutuelle :  elle répond à la « nécessité » concurrentielle prônée par la communauté européenne, au respect des principes libéraux « des entreprises ». 

que deviennent les AG ? quelles fonctions ? quels moyens ? quel contrôle et quelles décisions, sur les actes et les décisions, sur les projets ?Une assemblée formelle, au mieux d’enregistrement, justifiant le qualificatif « mutuelle », mais soumis aux impératifs financiers … auxquels elle n’a pas accès ? »

 

La commission ESS et la commission culture du PCF se sont rencontrées pour échanger sur les liens entre culture et ESS, avec l’aimable participation de Patricia Coler (co-présidente de l’UFISC) qui nous a fait un état des lieux, sur la situation du secteur associatif artistique et culturel et ses valeurs. Rencontre fructueuse, nous avons décidé de poursuivre.

3 réflexions au sujet de « La vie du secteur ESS du PCF »

  1. Ci-dessous, un exemple (un envoi d’Harmonie Mutuelle dont je suis adhérent) de récupération économique et culturelle, d’un fonctionnement où le « technique » décide et fait, dans la plus pure logique commerçante d’un système de santé quantitatif, où l’adhérent (le client !) est « avisé », sollicité, interrogé, … pour construire le système comptable d’équilibre des recettes/dépenses de l’entreprise commerciale « mutualiste ». il est remarquable que cela (une « étude »… commerciale) soit confié à Ipsos, que le vocabulaire commercial soit complètement banalisé… Mutuelle ou assurance ? il n’est pas trop tard pour « débanaliser » cette conception assurantielle, même si la récupération capitalistique est bien avancée.
    Jacques Michelet

    > >>
    Le 11/03/2021 à 13:02, Jacques a écrit : Chère Mutuelle Harmonie,
    Chère Mutuelle Harmonie,
    je n’ai pas adhéré à « notre » mutuelle pour me faire traiter de « client ». je reçois cela comme une tromperie et une insulte.
    S’il vous plait, un peu de « surveillance culturelle », de maitrise mutualiste, de respect de notre « finalité santé »… ce n’est pas « un détail » ! L’essence même de l’objet mutualiste est bafoué.

    merci de bien vouloir considérer ma remarque et corriger. J’ose penser qu’il ne s’agit là que d’une maladresse linguistique et non d’un changement de nature et d’orientation fonctionnelle, que ce simple rappel suffira à corriger. j’aimerais identifier, à cet égard, qui est ce « nous » (décideur) intéressé par mon « avis », dans le titre du mel ? et qui serais-je par rapport à lui ?

    la démarche d’évaluation de nos « besoins », ne saurait se limiter à une  » étude statistique », obligatoirement formatée, par nature, dont on pourrait craindre la démarche comptable.
    j’aimerais que notre qualité de santé ne soit pas le résultat d’une simple « participation » (une réponse ?) quantitative mais bien celui d’une « collaboration » responsable, respectueuse et intelligente de tous les mutualistes d’Harmonie, maîtrisée par les mutualistes… afin de rester fidèle au titre et au nom « Harmonie Mutuelle », qu’elle ne devienne pas un vulgaire commerce comptable de « produits santé »… Personne n’est à enrichir ! … sinon nos santés.

    Mutuellement votre
    Jacques Michelet
    >>>

    Le 11/03/2021 à 07:00, Etude Ipsos – Harmonie Mutuelle a écrit :
    Madame, Monsieur,
    Harmonie Mutuelle mène actuellement une étude afin d’améliorer sa compréhension des comportements d’achat de ses clients en matière de produits de prévoyance pour leur activité professionnelle. Cette étude est confiée à IPSOS, prestataire d’Harmonie Mutuelle.

    Ce questionnaire ne vous prendra qu’une dizaine de minutes, et votre avis sera particulièrement précieux pour aider Harmonie Mutuelle à répondre au mieux à vos besoins. Votre participation est libre et volontaire. Vos réponses ne seront utilisées qu’à des fins d’analyses statistiques et ne seront pas transmises individuellement à Harmonie Mutuelle.

    Pour participer à cette étude, il suffit de répondre au questionnaire en ligne en cliquant sur le lien ci-dessous. En cliquant sur ce lien, vous accéderez alors à un espace intranet Ipsos protégé et sécurisé. Vous avez la possibilité de répondre dès aujourd’hui et jusqu’au 22 Mars 2021
    Nous vous remercions par avance de votre participation !
    Cliquez ici pour commencer

    Si le lien ne fonctionne pas correctement, copiez et collez le lien suivant dans votre navigateur Internet : https://www.fw.ipsos.com/wix/p24174529.aspx?__sid__=PdQyLv1yb5p7w8grm2B-k0rhzk0G-QcWeWt40DxzG7sve_aRFW5BzPhewFetW4uVNSrsKP-9dgvKM06hGtmRaw2

    Cordialement,

    J'aime

  2. envoyé par Jean Pau Plassard

    Bonjour
     
    Dans la revue de presse quotidienne de la CCI de Maine et Loire un article sur les coopératives, présentés comme alternatives aux « start-up »!
    > L’économiste Anne Musson, spécialiste des questions du développement durable local à l’école de management ESSCA, à Angers, explique le modèle des Scop, ces sociétés coopératives et participatives. En développement depuis quelques années en France, le modèle « correspond bien aux attentes des jeunes sur le marché du travail, en quête de sens et d’implication positive, au sein de l’entreprise et dans la société en général », explique-t-elle. « Il correspond également à une demande générale sur des considérations autres que la forte rentabilité à court terme. » Toutefois, l’implication des salariés apporte une responsabilité supplémentaire qui peut constituer une forte charge mentale. L’entreprise angevine Empreinte digitale, spécialisée dans les services numériques, a survécu en devenant une Scop. Sur la cinquantaine de salariés, 32 détiennent la majorité du capital et décident des orientations stratégiques. Le Maine-et-Loire compte 22 Scop concentrées en majorité dans les Mauges et le Choletais.
    > Source : OUEST FRANCE , 12/03/2021
    En ce moment une campagne publicitaire célèbre les 60 ans d’Hexa une coopérative de cuisinistes.

    Adelphité!
    Jean-paul.

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour
    Je me permet de vous adresser ces lignes afin de partager ma petite expérience de mon choix d’avoir intégré une coopérative d’emploi et celui aussi d’avoir rejoint un atelier partagé afin de développer mon activité d’ébéniste. Actuellement je suis dans la première phase, c’est le contrat CAPE c’est à dire que je développe mon activité d’une manière sécurisée en continuant d’être indemnisé par pôle emploi pendant le restant de mes droits ARE, pendant cette période je peux acquérir l’expérience nécessaire,parfaire mon activité, la développer et apporter mon énergie au seul but de la pérenniser sur le long terme. L’année prochaine au regard de mon activité et si celle ci est économiquement viable je deviendrais un entrepreneur salarié de la coopérative. L’esprit coopératif est d’une nécessité évidente afin de pouvoir s’appuyer sur des compétences nous permettant de nous concentrer sur notre activité principale. De plus nous avons des rencontres régulières afin de faire le point, trouver un conseil ou participer à des ateliers afin d’enrichir nos connaissances afin de monter en compétences sur l’ensemble des postes nécessaires au bon fonctionnement de notre activité . En cette période de pandémie il se trouve qu’une fois de plus la coopérative a su se maintenir économiquement et pour les salariés entrepreneurs, selon l’impact qu’ils ont subi au niveau de leur activité ont pu avoir droit au chômage partiel. 
    deuxième point important que j’ai relevé pour la création de mon activité est celui de l’investissement immobilier ( loyer ) et matériels ( machine outil ) . L’idée était de pouvoir exercer mon activité au sein d’un atelier partagé afin de mutualiser ces postes de dépenses et sur mon chemin j’ai croisé un ébéniste qui malheureusement pour des raisons de santé a été obligé d’arrêter son activité et il a eu l’idée de proposer en location son atelier . Nous sommes quatre personnes a occuper cet espace ce qui pour un loyer tout à fait modeste nous a permis de ne pas solliciter des prêts afin d’investir dans de couteux achats de matériels ou de subir des loyers tout a fait injustifiés . Nous devons faire constat que comme pour le logement, nous avons une hyper inflation des baux commerciaux et industriels.
    Bientôt une année d’expérience et à ce jour je suis dans une situation ou en effet ma reconversion va plutôt dans le bon sens, celui de vivre une belle expérience humaine, d’avoir une sérénité dans mon activité, d’avoir la possibilité de faire des choix éthiques et ou la valeur humaine est le leitmotiv . 
    A mon petit niveau je vais poursuivre le partage de mon expérience et celle de la coopérative. D’ailleurs à la dernière assemblée générale nous avons organisé des tables rondes avec entre autres celle qui abordait la thématique de la diffusion d’information de ce type de fonctionnement coopératif.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s