Présentation du livre « Virer les actionnaires, Pourquoi et comment s’en passer ? »

Mercredi 29 janvier à 19h au Lieu-Dit, 6 rue Sorbier 75020 Paris

  • Pourquoi le maintien des actionnaires était possible hier et ne l’est plus aujourd’hui ?
  • Qu’est-ce qui fait la valeur d’une entreprise ?
  • Comment assurer le financement des entreprises que les actionnaires réalisaient précédemment ?
  • Quel sera le rôle de la monnaie ?
  • Est-il possible d’engager la transformation sociale dans des économies ouvertes ?

Telles seront les questions abordées durant la présentation du livre de Benoît Borrits

Merci au Lieu-dit et à Hossein de nous accueillir dans ce bar-restaurant qui participe à l’élaboration de la pensée collective.

Quatrième de couverture :

Le capitalisme triomphant des années 1990 a perdu de sa superbe. Il s’est mué en machine infernale produisant de la régression sociale et des inégalités, incapable de faire face au changement climatique et sécrétant une montée générale de l’autoritarisme en lieu et place de la démocratie promise.
Face à cela, les programmes de la gauche institutionnelle estiment qu’il faut orienter le capitalisme dans le sens de l’intérêt général en repartageant les richesses.
Or, avec la baisse de la croissance, le capitalisme n’est plus en mesure d’accepter la moindre concession. Une politique sociale et écologique sérieuse doit donc exproprier les actionnaires pour laisser place à des entreprises autogérées par leurs salariés, les usagers et les citoyens.
Ce livre amorce un programme de transformation qui conjugue mesures sociales et écologiques et dépassement de la notion même de propriété des moyens de production.
Afin de faciliter la compréhension des mécanismes économiques, le livre renvoie à des « tutoriels » en ligne (economie.org) qui décryptent le fonctionnement de l’entreprise, de la finance et de l’argent.

Table des matières

Introduction
1. Ne pas confondre patrimoine net et valeur de l’entreprise
2. Un capitalisme en fin de parcours ?
3. Une gauche keynésienne et redistributive
4. Quelle sortie du capitalisme ?
5. Un scénario de transition
Conclusion : un courant politique pour sortir du capitalisme

L’ESS est-elle ringarde ?

WEBALICE TV et les Amis de l’Humanité collectif de Malakoff

vous invite le 5 décembre 2019 à un débat sur le thème :

L’ESS est-elle ringarde ?

Pourquoi la presse et les médias ignorent-ils les informations sur l’economie Sociale et solidaire -ESS ?

Le mois de Novembre est depuis 10 ans le mois de l’ESS, impulsé par Conseil national des Chambres de l’economie sociale et solidaire, animé par des centaines d’organisations il a pour ambition de constituer une vitrine de l’ESS et permettre d’accroître sa visibilité auprès du grand public, des collectivités et institutions, des entreprises, pourtant hormis l’Humanité dimanche qui réalise un numéro spécial à cette occasion, et le quotidien l’Humanité qui édite un dossier mensuel tous les premiers mardi du mois, c’est un silence assourdissant…

Pour en débattre :

Jaqueline Belhomme maire de Malakoff et candidate en 2020

Stephane Guerard journaliste à l’Humanité, responsable de la rubrique ESS

Jean Baptiste Jobard, co-animateur des lettre numérique du Collectif des Associations Citoyennes , Pingouins, Heure de la sirène

un débat animé par François Bernard , réalisateur multimédia (ALICECOOP)

le 5 décembre à 20h00 à la maison des associations , rue Victor Hugo à Malakoff

renseignements : alicecoop@free.fr

0667229379

 

Communisme, développement durable et Économie Sociale et Solidaire

Notre récent congrès a permis de définir une stratégie de mise en œuvre de notre projet La France en commun. Si aucun paragraphe n’est consacré à l’économie sociale et  solidaire, en tant que telle, dans le texte Manifeste pour le XXIe siècle, elle y est cependant très largement présente en filigrane.

En effet, au fil des chapitres, on peut lire, entre autres, que « Plus que jamais nous devons agir et penser indissociablement global et local », ou encore que « Notre lutte pour l’industrie et le développement de l’emploi converge avec celle des circuits courts, pour réduire pollutions et réchauffement climatique », mais surtout que « Le dépassement du capitalisme n’est pas une utopie, une idée à formuler, c’est un processus de transformation révolutionnaire et démocratique que nous devons chercher à construire par nos propositions et notre projet, et à faire vivre au cœur des luttes sociales et d’idées ».

Lire la suite « Communisme, développement durable et Économie Sociale et Solidaire »

Mois de l’ESS : Agir concrètement!

Notre congrès coïncide avec le mois de l’économie sociale et solidaire. C’est le moment de réaffirmer la nécessité de faire de la promotion du développement de l’ESS un des sujets clé de l’activité de notre parti. Pourquoi ?

Parce que c’est un chemin essentiel où se crée et s’expérimente dès maintenant du changement social démocratique.

Parce que des lois, si démocratiques soient-elles ne suffisent jamais à  réorienter la société.

Parce que des initiatives réelles, concrètes, sont plus convaincantes que des programmes, leur donnent leur crédibilité et sont les plus politiquement rassembleuses.

Parce qu’il n’est pas possible de changer le monde uniquement par « en haut », ni uniquement par « en bas » : Des pratiques réelles démocratiques comme celles de l’ESS doivent préparer un changement politique démocratique et en assurer la pérennité.

Parce que notre Parti dispose de moyens réels d’action grâce à ses adhérents et aux nombreuses collectivités locales où il joue un rôle important. 

Chaque communiste devrait être porteur  de ces valeurs dans sa vie de tous les jours. Oui on peut sortir de Google en utilisant Qwant ou lilo. En agissant comme cela, on met en cause la suprématie américaine, le big data. La lutte passe aussi au quotidien dans nos choix personnels. Reprendre le pouvoir sur la finance, c’est déjà reprendre notre place dans les AG et CA des banques coopératives et mutualistes. Bien sûr cela n’est pas suffisant. Mais les gens qui font ces choix dans leur vie personnelle peuvent être plus facilement convaincus de les poursuivre sur le plan politique. Si nous nous y mettons, les idées communistes peuvent retrouver de vrais couleurs et devenir une source d’énergie pour la jeunesse. Les mouvements comme Alternatiba sont à la recherche  de comment changer le système. Les SCOP et de SCIC sont du communisme déjà là. Aidons-les, aidons-nous ! La planète est un malade en urgence absolue. Trouvons des remèdes dans notre quotidien. L’économie sociale et solidaire mérite d’être une valeur plus largement partagée par les communistes. Ce n’est pas un miracle mais elle peut concourir à voir le monde autrement. Soyons attentif à ce qui frémit, travaille le présent, prépare l’avenir. Favorisons le développement « de possibles déjà là », de « futurs présents » comme le dit Jean Sève. C’est pourquoi nous vous proposons d’organiser des fêtes de fin d’année 3.0

Bon congrès et Bonnes fêtes de fin d’année !

Texte collectif de membres du groupe de travail ESS du Pcf

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑