Proposition 8 – L’économie sociale, un modèle pour faire changer la société

Investir demain

Aucune nouvelle politique publique, aucun nouveau marché, ne se mettront en place par l’effort d’un seul acteur, fusse l’État ou une grande entreprise. L’ère de la coopération est une réalité qui se développe, bien qu’encore repoussée par les tentations de suprématie et de luttes territoriales âpres.

Pourtant, souhaitée ou pas, investir l’avenir c’est rompre avec l’idéologie capitaliste dominante, qui pousse l’État à se comporter comme un acteur financier, à diriger des politiques par logique de marché et non en fonction des besoins sociétaux et des logiques économiques globales et de long terme. Si l’efficience d’une politique ou d’une offre se mesure à son impact social, alors celle-ci sera d’autant plus forte qu’elle sera portée par une coopération de ses acteurs et bénéficiaires.

L’économie sociale, un modèle pour faire changer la société

Travailler à un nouveau type d’entreprise avec rôles et droits nouveaux pour les salariés, usagers, consommateurs, fournisseurs, collectivités territoriales (parties prenantes) afin de sortir de «l’entreprise capitaliste » gouvernée par les critères de la rentabilité financière et définir de nouveaux critères de gestion, sociaux et écologiques

Contenu

1. Travailler à un nouveau type d’entreprise

  • Mettre en discussion un statut de l’entreprise affirmant sa finalité sociétale, satisfaction d’un besoin social, territorial et écologique par opposition à la finalité financière de la société commerciale…
  • Créer un droit économique et d’entreprise (différencié du code du commerce) inscrivant des droits de coopération entre toutes les parties-prenantes participant ou impactées par une activité, par opposition au statut actuel qui ne définit l’entreprise que par son capital et les obligations de ce dernier.


2. Promouvoir de nouveaux critères de gestion

  • Promouvoir une relation nouvelle entre les acteurs économiques, en lieu et place de la relation binaire producteur/consommateur, une relation pluri-acteurs : définisseur du besoin / concepteur de produit service / producteur / distributeur / bénéficiaire / évaluateur
  • Faire appel à recherche scientifique pour aider l’émergence d’une nouvelle gestion des entreprises ;
  • Prendre en compte dans le bilan des grandes entreprises l’ensemble des externalités positives et négatives produites pour évaluer son vrai « résultat net » : économique et social et non exclusivement capitalistique.


Démarche

  • Ouvrir le débat sur la nécessité et la pertinence de l’entreprise propriété collective et socialement finalisée et non réservée aux syndicats patronaux ;
  • Adopter en conséquence un nouveau statut ;
  • Faire évoluer les comptes des entreprises pour intégrer les externalités


Impact

  • La réappropriation de l’entreprise par l’ensemble des acteurs de la société, ses objectifs d’investissements, de production, son mode de production, son fonctionnement interne (management et organisation), ses impacts sur le territoire, le social et l’écologie
  • Développer, libérer les coopérations d’acteurs et de bénéficiaires.
  • Faire du travail un outil de libération humaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑